nft mauvais

L’impact des NFT sur l’environnement

Les NFT sont des jetons non-fongibles cryptographiques, codés sur la blockchain, comme le Bitcoin, et dont l’impact sur l’environnement est similaire à celui des crypto-monnaies dans la société actuelle.

Après les cryptomonnaies et le métavers, les NFTs ont marqué l’actualité, particulièrement dans le monde artistique ces derniers mois. La vente d’œuvres d’art sous la forme de NFT à des prix battant tous les records a créé une polémique autour de l’impact environnemental des technologies nécessaires à leur production. 

Qu’est-ce qu’un NFT ?

Un NFT est un jeton non-fongible aussi appelé en anglais “non-fongible token”. Un NFT est un certificat d’authenticité numérique. Les NFT sont sécurisés et authentifiés grâce à la blockchain, une technologie nécessitant de faire tourner de manière continue des ordinateurs très puissants.

L’objet numérique peut être une illustration, de la musique, des vidéos, et même des tweets ou des noms de domaine. 

À chaque fois que l’oeuvre est revendue, les artistes peuvent recevoir un pourcentage, ce qui n’est pas le cas dans le marché traditionnel de l’art. C’est donc une opportunité très intéressante pour les artistes. La plupart des NFT sont échangés sur Ethereum. 

Comment est créé un NFT ?

Les NFT sont généralement mis en vente sur la plateforme Open Sea, qui utilise une technique différente du minage pour créer le NFT. C’est ce qu’on appelle le “proof of stake”, un processus qui prend moins de temps et d’énergie que celui utilisé lors de la création de la cryptomonnaie par exemple.

Cependant, vous devez utiliser des cryptomonnaies pour acheter un NFT, ce qui augmente son empreinte carbone.  

Le processus d’authentification de la propriété de l’œuvre d’art passe par la résolution d’énigmes mathématiques complexes et nécessite une grande quantité d’ordinateurs. Lors du processus de minage, ces calculs consomment beaucoup d’électricité. Les sociétés qui s’occupent de résoudre ces énigmes reçoivent des jetons en récompense et leurs solutions ajoutent un nouveau « bloc » à la blockchain.

Selon l’organisme de surveillance des technologies Digiconomist, Ethereum utiliserait autant d’électricité que l’ensemble des Pays-Bas et son empreinte carbone serait similaire à celle de Singapour. 

Le point de vue des artistes

Beaucoup d’artistes se posent des questions avant de se lancer dans la création de NFT. Les œuvres d’art sous forme de NFT utilisent la même technologie que les cryptomonnaies, comme le Bitcoin par exemple.

L’artiste vonMash a longtemps hésité à vendre ses créations sous forme de crypto-art sur la blockchain en raison de la consommation d’énergie que cela nécessite. Pour l’artiste vonMash, la solution consiste à passer par une plateforme appelée Cardano au lieu d’Ethereum pour placer ses œuvres, afin de réduire le bilan carbone. Il est essentiel de comprendre les impacts environnementaux de la blockchain actuelle.

L’artiste Joanie Lemercier explique sur son blog que cela prendrait douze ans à un arbre pour compenser les conséquences environnementales d’un seul NFT.

Certains artistes attendent que les technologies évoluent et que les développeurs de blockchain s’engagent dans la durabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.